photo noir et blanc femme vu de dos

Le respect de soi en apprenant à dire « Non » .

Très souvent commencer une thérapie avec un patient et le revoir durant des semaines me fait penser à une enquête policière. Nous ne connaissons pas le coupable, ni son mobile,  ni son mode de vie et même pas le lieu où s’est déroulé le meurtre. A l’instar d’un accusé, le patient peut aussi nous mener en bateau et nous emmener vers de fausses pistes. Mais la majorité des patients sont présents pour « dans le vrai  » tant leur souffrance est parfois grande. Ils expriment des plaintes, de la souffrance, leur facteur déclenchant mais ne vous donnent évidemment la clé pour les sortir de leur situation. D’ailleurs si ils avaient été conscient de  » cette clé » , ils se seraient bien passé de mes services et s’en seraient servie depuis longtemps.

Pourtant lors de mes entretiens en thérapie, il m’arrive régulièrement de dire au patient que son problème réside en trois lettres. Et de prendre une feuille et d’y écrire le mot “non” . Aussi complexe puisse être sa situation, aussi diverses puissent être les pistes dont il m’a parlés durant les premières consultations, après avoir mis de l’ordre dans tout ce qu’il m’a livré; son problème réside en trois lettres: « non ».

80 % des solutions de thérapies consiste à apprendre à dire “non” ; pas pour le plaisir de le dire. Mais pour l’exprimer au moment où on sent qu’il faut le dire. Dire “non “aux autres mais également à soi. Or pour dire” non “, il faut accepter l’espace d’un instant d’être le mauvais ( dites non à vos collègues, à vos enfants ou à vos beaux-parents et suivez leur regard pour comprendre ce que veut dire être» le mauvais»). Donc dire « non », c’est aussi accepter de ne pas être aimé l’espace d’un instant, de déplaire !

Et pour accepter d’être «le mauvais»  sans culpabilité et donc accepter de ne pas aimé ,il faut avoir confiance en soi. Et pour avoir confiance en soi, il faut pouvoir se respecter. Et pour être respecté, il faut être respectable. Or les personnes en dépression ont rarement confiance en elles et surtout ressentent la culpabilité de dire « non. »  Elles ont souvent une mauvaise image d’elles-même pour un tas de raisons justifiées ou pas mais qui font que la notion de respect de soi a disparu depuis longtemps.

Beaucoup d’entre nous n’osent pas dire »non » car ils pensent  acquérir  ou garder l’amour  de l’autre en disant toujours oui  à tout. Or c’est justement le contraire qui se passe. On ne respecte  pas quelqu’un qui dit toujours oui , car on le sent faible justement parce qu’il ne dit jamais »non ». Vous aurez certainement plus confiance en un chef qui ose vous contrarier, qui se moque d’être aimé par son personnel . Il dit « non » quand il doit le dire car il sent que c’est juste pour lui. Il n’est même pas obligé de se justifier. S’entendre dire « non » à une demande ne fait jamais plaisir mais néanmoins vous retiendrez très vite que si il vous le dit parce qu’il doit vous le dire, il l’exprimera aussi aux autres . Et en cela, c’est un bon chef.

Certaines mamans n’osent pas dire non à leurs enfants parce qu’elles imaginent qu’ils ne vont plus l’aimer. Une personne n’ose pas dire «  non »  aux demandes  ( surtout les plus farfelues) de ses collègues de peur d’être exclue du groupe .

Or dans la vie c’est toujours aux généreux  à qui on demande de argent,  jamais aux avares. Donc si vous ne savez pas dire « non » ne soyez pas étonné qu’on vous demande sans cesse des choses ( qu’on ne demande pas aux autres ). Qu’on vous refile la garde de Noël si vous travaillez en groupe ou d’être plus sollicité ’ que vos autres collègues.

Une jeune fille m’avait dit que le fait de savoir que ses parents puissent lui tenir tête en disant « non » était une bonne chose car elle savait qu’elle pouvait ainsi compter sur eux.  Savoir que ses parents puissent lui dire « non » la sécurisait au travers du cadre qu’ils lui imposaient.  Bien sûr comme toute le monde, s’entendre refuser une demande ne lui faisait pas forcément toujours plaisir. Mais elle savait aussi que même si ses parents pouvaient faire la fête avec des amis, ils pourraient dire non à la chaude ambiance de la soirée et être présents au rendez-vous avec leur fille au moment convenu. Et ce parce qu’ils savaient  dire « non »

Nous aborderons dans un autre chapitre comment avoir confiance en soi . Toute personne est bien plus riche ( et je ne parle pas d’argent) qu’elle ne le pense. Mais elle ne s’en rend pas compte ou surtout se met dans des conditions pour qu’une personne parasite lui fasse oublier sa richesse et lui dire le contraire en lui disant qu’elle ne vaut rien.  Mais cela est un autre sujet !